La province de Namur, au coeur de votre quotidien

N° d'édition 0244

  • Expéditeur
    Félicien Rops
  • Destinataire
    Inconnue
  • Lieu de rédaction
    Montigny-sur-Loing
  • Date
    1882/01/00


Texte

[1r° : 1]
[fig. 1]

Chère et Belle Madame

Ce pauvre « Rops » ! avez vous dû assez vous rappeler, & lui attribuer à nouveau tous les vilains défauts que vous lui imputez : Légèreté – oubli – indifférence grossièreté, instabilité &c &c. Et il

[1v° : 2-3]

n’y avait rien de tout cela ! – Je m’étais retiré à la campagne, comme un sage qui veut éviter les ennuis du nouvel an. À la noël, j’avais vu Uzanne deux secondes, le temps de lui dire que, – de nous dire – que vous étiez la plus adorable des femmes, naturellement, il est entré un gros de fâcheux qui m’a fait fuir & je ne l’ai revu qu’il y a deux jours. J’avais reçu votre lettre à Montigny-sur-Loing & je n’y pouvais répondre qu’à mon retour ici, je comptais repartir au bout de trois jours de Montigny, & je comptais sans mon hotesse ! : la fièvre. J’ai été brusquement pris là bas d’une fièvre bilieuse qui s’est emparée si soudainement & si violemment de mon pauvre moi, que j’ai cru à une attaque de fièvre intermittente pernicieuse, comme on attrape quelquefois dans cette exquise & marécageuse vallée, – Mon ami le docteur Filleau est venu faire deux calembours à mon chevet & j’étais sauvé.

J’ai été soigné par une dame qui était ma voisine de chambre & qui passe l’hiver à Montigny pour faire un ouvrage sur les cryptogames & les mousses de la forêt !! ! Il n’y a qu’un malheureux aquafortiste pour avoir de ces bonheurs, avouez le. Fort jolie ma foi, ressemblant à votre cousine Melle Olin de Toulouse, si bien que dans mes délires, (car j’avais le délire comme un poète lyrique) je l’appelais Melle Olin & je lui disais « Melle vous êtes bien bonne d’être venue de Famelette » ou « Mlle Famelette vous êtes bien bonne d’être venue d’Olin » – La Cryptogamiste n’y comprenait pas grand chose !! Plus sage que mes images d’ailleurs, elle a disparu dès que ma convalescence me permettait de lui prouver quelque reconnaissance. Et voilà comment je n’ai pas encore envoyé le drap bleu !!

Rassurez vous, Chère Madame, demain je verrai Mr Domenico Rigola mon tailleur, Vénitien & petit cousin de Silvio Pellico, – vous voyez que j’ai des tailleurs qui se mettent bien, – lequel m’a fourni ce drap bleu & je vous enverrai des échantillons variés, car il y a autant d’espèces de drap bleu qu’il y a des paysagistes en Belgique, vous choisirez, vous

[1r° : 3]

m’enverrez l’échantillon choisi & le drap suivra dans les douze heures. – Je trouve mon copain Uzanne bien rêveur depuis son retour, l’auriez vous rendu amoureux d’une Belge ? – Vous me faites reproche de n’avoir pas été vous saluer lorsque nous vous avons rencontrée au boulevard.

– Oh Madame ! Nous ne sommes pas si Bruxellois !

Je peux bien vous dire cela à vous qui êtes Ardennaise. Excusez moi & pardonnez moi un peu tous ces retards au nom de mon amouritié pour vous. Je vais aller bientôt à Bruxelles & je ne voudrais pas vous voir avec le sourire ambigu qu’Herremans vous a mis aux lèvres. Beau portrait d’ailleurs & qui va gagner en vieillissant, mais il a du temps devant lui.

– J’écrirai demain à Edmond, j’ai tant de choses à lui dire que je ne sais que lui écrire, Voilà le vrai.

Je vous baise les mains comme si cela pouvait vous faire plaisir

Votre féal éternellement

Félicien Rops

17 R. Drouot.

Termes d'index