La province de Namur, au coeur de votre quotidien

N° d'édition 3069
3068 | 3070

  • Expéditeur
    Félicien Rops
  • Destinataire
    Maurice [Bonvoisin]
  • Lieu de rédaction
    [Paris]
  • Date
    [1877/04/15] [+]
    Datation sur base de l'apostille.


Texte

[1r° : 1]
Mon Cher Maurice
Je n’ai pas encore répondu à ta lettre, j’ai été chez Gouzien en Bretagne, à Douarnenez en plein Finisterre. Étonnants & tout à fait inédits les Bretons ! On a fait des bretons, comme ce brave feu Dillens avait peint les Zélandais. Ce sont des Hurons & on a fait des bergers florianisés. Je vais y retourner & les pourtraicturer un peu rudement. Venons à ton affaire. Je vais t’indiquer les moyens de parfaire ta collection & quant à moi je t’y aiderai fortement.
Enterrement au pays Wallon. – La pierre doit encore être chez Bertauts le lithographe, à Paris – nous ferons ensemble des recherches.
La diligence d’Uccle – C’est un brave garçon appelé Alphonse Camporino employé au ministère de la guerre qui a la plaque & la prête volontiers aux amateurs pour des tirages. – c’est un zinc.
Un été à la Campagne – très rare. Je n’en ai qu’un exemplaire.
Le fer rouge de Glatigny – moins rare, je ne l’ai pas, encore faut-il le trouver.
5° Une tête de femme à toque noire. la planche – un acier – doit encore être dans les mains de Jaugey, une mauvaise canaille dont Nys a l’adresse
6° Tête de femme à chapeau Cabriolet – Taelemans a la planche – un zinc.
7° Cythères Parisiennes. – Je ne l’ai pas, il faut acheter cela d’occasion, – chez les libraires.
8 Carte d’invitation de la Chronique (Je crois que j’ai encore la planche.)
9 Petite très petite tête de Flamande (même observation qu’audessus)
[1v° : 2]
Aultre ne veux estre (même observation aussi)
Les ex-libris de Gouzien. Je les lui demanderai pour toi.
Frontispice des Jeunes France – Rare – Je n’ai qu’une épreuve mauvaise.
Vieille à chapeau, – Je me la rappelle, mais je ne l’ai pas plus que toi.
– L’Exposition Horticole de Namur (Attention !) Il y a deux planches parues dans je ne sais plus quel journal horticcole publié par Mme Parent 17 Montagne de Sion. L’une lithographiée, non signée je crois est de moi – la seconde sur bois signée est de je ne sais qui. C’est une mauvaise blague dont je n’ai jamais su le vrai mot.
Le Blankenberghe de Bardin (?) Je ne sais qui a le cuivre s’informer. – Je t’aiderai.
– Le don Paëz – tu l’auras !
– Menu d’un dîner donné par Nyt – paroles de Glatigny – dîner donné à Bruxelles et auquel assistaient Baudelaire, Malassis Glatigny, Stevens, Dubois & Rops.
C’est Burty Philippe qui doit avoir la planche.
Femmes baissées faisant la vendange d’après une peinture à l’huile de moi qui se trouve encore dans l’atelier d’Hyppolite Boulanger chez sa veuve.
– Pour tous ces dessins héliographique ou plutôt [illisible: barré] héliolithographiques s’adresser chez Simoneau ou à son successeur rue de la Pompe.
– L’homme tenant une planche attachée à une corde non ! Je me trompe une corde attachée à une pierre – non ! une femme attachée à une pierre enfin &c &c. je
[1v° : 3]
crois que j’ai encore la planche.
Enfin je te donnerai une épreuve presqu’unique – Une Norwégienne. –
Tâche d’avoir chez Parent Montagne de Sion
4 dessins sur bois faits pour le livre Légendes Brabançonnes par Clémence Michaeven.
1 dessin sur bois représentant la bataille de Solférino fait pour je ne sais plus quoi.
La Comédie politique suite de lithographies parues chez Michaux, frère de Michaux agent de Change.
– Une suite de lithographies parue (au trait dans le Grelot publié je crois chez Parys rue de Laëken.
As-tu le chasseur à la Bécasse avec 35 figures par Rops chez Gouin éditeur à Paris ? par Polet de Faveaux mon beau père.
As-tu l’Almanach Crocodilien ? chez Parent – Suite de lithographies de sport dans le Journal des Haras – dessins de chevaux &c &c
As-tu une lithographie-annonce de l’Uylenspiegel de Ch. de Coster ?
/ raretés à trouver. /
L’ordre règne à Varsovie grande lithographie
Le dessin de la chambre de Pétrus.
[1r° : 4]
Autre chose : Je fais photographier maintenant – à bas prix d’ailleurs – mes dessins que je livre à Cadart presque régulièrement – veux-tu que lorsque je fais tirer les épreuves de ces machines là qui s’en vont aux quatre vents du ciel je t’en fasse coller une épreuve ? – Cela coûte 2 frs chez le photographe par épreuve, & cela n’est pas dans le commerce, – les photographies sont mauvaises, mais c’est une impression et voilà tout, un souvenir de toutes ces fantaisies envoyées au diable. Si cela te va je ferai tirer les épreuves à toi destinées sur feuilles volantes, on les colle comme on veut & o[ù] l’on veut. Si tu avais par hasard entendu parler d’un photographe à Paris qui fasse, bien, les reproductions artistiques & à bon marché donne moi son nom, le mien, (Billard rue d’Orléans) me demande cent sous pour la première épreuve & deux frs pour les autres, c’est à bon marché mais c’est mauvais. –
J’ai oublié dans nos derniers entretiens à ton dernier voyage & à propos des dessins que tu avais achetés par mon entremise, de te dire que le droit de propriété artistique ou plutôt de « reproduction » de quelques uns de ces dessins ne m’appartenait plus & que j’avais il y a un an vendu à Dalloz le droit de reproduction de plusieurs de mes dessins dont La Vieille Kate & l’enfileuse. Il a acheté les deux études peintes d’après lesquelles les deux dessins que tu as ont été faits. Et il compte les reproduire un de ces jours, ce qui du reste ne donnera que plus de valeur à tes dessins – À propos as-tu vendu « La Peine de mort, un amateur forcené de mes dessins, la possède & comme je n’ai fait qu’un seul dessin de ce sujet là, cela m’intrigue. Veux-tu que nous fassions un marché pour l’argent qui t’es dû au mois de juillet ?
[2r° : 5]
Voici ce que je te propose. Le bon jeune homme qui t’a vendu sa collection aura bien de la peine à te payer, comme j’ai répondu pour lui, je te propose de te faire pour l’acquitter envers toi, un joli dessin plume crayon ou pastel car je pastellise & aquarellise comme un enragé, & je trouve un charme inouï à ce genre de travail. – plus ! – plus ! six machines quelconques, rares que tu n’as pas dans ta collection dont l’Enterrement au pays wallon exemplaire particulièrement beau.
Je t’envoie en attendant ci-joint mon billet – pour la collection Rops. Il y en a eu six épreuves, – une rareté drôlette.
Réponds moi vite Mon Cher Maurice
Ton vieux Confrère
Fély
[2v° : 6]
Tu me ferais grand plaisir en m’envoyant la liste des dessins que je t’ai vendus – liste que j’ai perdue.
À toi & à bientôt j’espère
F