La province de Namur, au coeur de votre quotidien

N° d'édition 2082
2081 | 2083

  • Expéditeur
    Félicien Rops
  • Destinataire
    [Léon] Dommartin
  • Lieu de rédaction
    s.l.
  • Date
    0000/00/00 [+]
    Cette lettre n'a pas encore fait l'objet de recherches permettant de proposer une datation.


Texte

[1r° : 1]
Je t’envoie Mon Vieux Dom, la tête authentique de Mr Rosière président de l’Association Libérale de St Gérard, membre de la Commission pharmaceutique de la province de Namur ami & soutien moral « do pt’it Pochet » & pharmacien à Saint Gérard pardessus le marché. – Dans ma prochaine lettre je t’enverrai le portrait de son varlet : François Pisson, avec lequel j’ai de longues conversations à propos du comte de Chambord – de la meilleure façon de faire lever le Sainfoin d’Espagne & du nombre de
[1v° : 2]
pintes qu’avale le curé de Mettet de Fosses à la première barrière de Scry. « C’ess one biess’ » dit il en parlant de son maître « il acht’reuve on bourrique sin le voïe ! » – le fait est : qu’acheter un baudet sans le voir constitue un acte de bonhomie formidable !
Dans quelques jours je serai à Paris avec « mes tableaux » ce sont de grandes pancartes dont Artan pourra vite tirer parti & qui je l’espère l’aideront ou plutôt nous aideront à sortir de nos embarras, – car je suis presqu’aussi embarrassé que lui !
Ta lettre & la sienne m’ont à peu près fait changer d’avis quant à la présence de sa femme à Paris, je lui écris à ce sujet. – Le fait est que lorsqu’on a été marié quatorze ans on se fait difficilement à la vie de célibataire, – & puis somme toute on ne vit pas sans affection, Louis adore sa petite fille, & dans les moments difficiles qu’il aura à passer il n’est pas mauvais qu’il ait sa famille près de lui.
Comme je te le disais Cher Vieux cette année sera décisive pour nous, il faut que nous buchions rude, & que nous
[1v° : 3]
arrivions tous à un résultat très sérieux. C’est trop bête à la fin que des animaux bien organisés comme nous en soient encore aux hasards de la vie de bohême forcée ! Il faut que tous nous sortions de là & vigoureusement. J’espère qu’Armand finira par organiser la Vie Moderne & que cette machine nous sera d’un grand secours. Moi je lui suis entièrement dévoué & prêt à passer mes nuits s’il le faut pour faire réussir la chose.
Mais à propos de la Vie Moderne plus j’examine les photogravures de Goupil plus j’asseois ma conviction qu’il serait difficile de faire l’affaire sans lui ; c’est l’homme & le procédé qu’il nous faut.
Je tâcherai quand j’irai à Namur, de te réunir les Volumes de poésies wallonnes namuroises. – Il y en a de curieux & de très rares.
À bientôt, Mon Vieux, je ne peux pas voir les couchers de soleil d’hiver dans les grands arbres du bois de la Cambre sans me rappeler nos promenades de St Germain de l’an dernier, au bras de cette douce & charmante enfant qui s’appelle Aurélie ; – comme on laisse des morceaux de sa vie dans les paysages ! – on dirait que la nature commence par nous prendre moralement, avant de s’emparer de notre carcasse physique ! – Si Octave avait cette pensée profonde il la Chateaubrianerait !
[1r° : 4]
As-tu lu son livre ? Il y a de très belle choses dans tout cela & bien écrites, lorsqu’elles ne le sont pas : « trop bien. » C’est quélque fois du Poussin, – mais le moindre grain de Milet ferait bien mieux mon affaire !
Octave est hanté par le fantôme du chef d’œuvre & cela le gêne – Quand il veut être « lui » le fantôme fait défiler le cortège des chefs-d’œuvre & lui crie : Songe à la Postérité ! – Comme dans Malborough : «la Postérité passe & le naturel ne revient pas !
Et puis cela appartient à l’école des gens qui disent toujours : ô Nature ! à la nature, au lieu de coucher avec elle & de lui faire un enfant. –
– Buffon écrivait avec des manchettes : Octave écrit avec un faux col en marbre blanc ! cela le force à regarder les étoiles, – & quand il écrase un crottin de caniche il croit qu’il foule aux pieds le serpent Python, – et cependant il y a une nuance !
Je t’embrasse, À toi & bonnes amitiés à Mme Dommartin.
Félÿ
Ici tout le monde se porte bien & l’on te fait des Compliments