La province de Namur, au coeur de votre quotidien

N° d'édition 2907
2906 | 2908

  • Expéditeur
    Félicien Rops
  • Destinataire
    [léon?] [Dommartin?]
  • Lieu de rédaction
    s.l.
  • Date
    0000/00/00 [+]
    Cette lettre n'a pas encore fait l'objet de recherches permettant de proposer une datation.


Texte

[1r° : 1]
Mon Vieil,
Ah que tu as raison d’aller à Chooz pendant ces jours emmerdeurs ! Voilà la semaine à la Collection. Seulement il ne me reste que huit jours pour l’achever cette collection pour le terme, le terme, le terme, le terrible terme de Janvier, il faut que je t’envoie une caisse vide Jeudi ou plutôt demain. Inutile d’ouvrir la caisse, il n’y aura rien dedans. (attends tu vas voir !) Pendant qu’elle voyagera la caisse, caisse vissée, je fabriquerai la collection, collerai les épreuves, ferai les croquis de marge etc, etc… Toi tu reçois la caisse, tu l’expédie après avoir arraché l’adresse : À Monsieur Hector Dommartin pour remettre à Mr Conquet. Tu écris à ton frère :
« Mon Cher Hector
Tu recevras une caisse. Rops viendra la prendre j’ai à Paris une collection [illisible: barré] d’eaux fortes à moi, & il s’est chargé de la vendre à un éditeur ou plutôt de la faire porter, par ton entremise, car il ne doit pas être en jeu. Donc Rops ira prendre cette caisse, mettra ma collection dedans, te la reportera, tu l’as feras porter par un de tes commissionnaires, tu demandera la réponse & on fera payer chez toi ou tu feras toucher. Après cela tu remettras l’argent à Rops. Voilà tout. Tu n’as pas besoin de comprendre.
Ton frère &c »
Si cela t’embête d’avoir affaire à Hector. prends Uzanne je le préviendrai, mais Hector serait plus nature !
Je t’embête que veux-tu il faut passer ce cap des tempêtes du quinze janvier ! J’ai 4,000 francs à payer & je travaille vingt heures par
[1v° : 2]
24 heures. J’abats une besogne de héros ! Ces éditeurs qui gagnent cinq & six mille francs par an sur moi, sont tellement stupides, qu’ils se défient de l’artiste, & ne veulent acheter qu’aux collectionneurs. C’est la manie de la bricabraquerie du furetage de la bouquinomanie, de la trouvaille et de la vanité du « trouveur » un tas d’idiotismes ! Conquet m’a dit hier : J’ai acheté hier un cahier des Œuvres Inutiles & Nuisibles, des épreuves superbes, chez un amateur. Cet amateur c’est l’avocat Rodrigues qui était venu la veille me dire : « Conquet m’embête pour avoir mon Cahier des Oeuvres Inutiles & Nuisibles, donnez m’en donc un que je lui vende ! » Et nous lui avons vendu vingt francs plus cher que je ne lui aurait vendu en portant ce cahier chez lui !! Tu juges si nous nous tordons !! Et note que même si je l’avais porté chez lui : il m’aurait dit « Ce sont vos épreuves de rebut que vous m’apportez ? Je n’en veux pas, vous vous dites c’est toujours bon pour cette bête d’éditeur de Conquet ! » Hein. la défiance idiote « paysanne » du provincial qui ne se connaît en rien, carotte sur tout & s’imagine qu’on le carotte !
Est-ce bête ! de devoir employer toutes ces niaiseries pour leur vendre de bonnes choses & leur faire faire de force des marchés d’or !! Quelles rosses que les bourgeois !
– Donc dis-moi si tu prends Hector ou Uzanne afin que je prévienne Uzanne, et écris à Conquet ceci :
(Si tu veux remplace Octave Uzanne le nom de ton frère par Octave Uzanne, & ajoute : « Mr Octave Uzanne à qui je fais un envoi de livres en même temps ») pour naturaliser la chose.)
Dans tous les cas demain la caisse part pour toi, renvoie là soit à ton frère soit à Uzanne mais préviens moi de ton choix –
Que veux-tu Mon Vieux ? Il faut bien que tu m’aides ! La prochaine collection tu l’enverras directement, car j’aurai deux mois devant moi. – Enfin je te ficherai à toi une collection chique !
Mon Vieux
Il faut que tu