La province de Namur, au coeur de votre quotidien

N° d'édition 2148
2147 | 2149

  • Expéditeur
    Félicien Rops
  • Destinataire
    [Armand] [Gouzien]
  • Lieu de rédaction
    Stockholm
  • Date
    0000/00/00 [+]
    Cette lettre n'a pas encore fait l'objet de recherches permettant de proposer une datation.


Texte

[1r° : 1]
Mon Cher Vieux
Il est assez difficile de t’expliquer les circonstances bizarres qui font que le nommé Rops Félicien bon peintre vient de faire un pur chef d’œuvre en peignant en pleine pâte : La ville de Jöpokïn sur le lac Wetteren en Bothnie – je me trompe ! en Gothie, et qui font qu’il peindra successivement : la ville de Lahn un jour de fête en Délécarlie, la ville de Pitea en Laponie avec les Lapons, et la ville de Hamersfet au cap nord. – Seulement je te dirai que Jeudi dernier – il y a huit jours, je comptais simplement aller voir si ton héritier s’avançait, car ce « jeune premier » me paraît manquer son entrée, – et que brusquement j’ai été poussé par la Providence sur le pont de bateaux à vapeurs fantastiques, traversant des mers sinistres, dormant sur le pont des sus dits bateaux entre deux anglaises histériques & trois Américaines flirteuses, que je me suis réveillé à Copenhague, que je me suis réembarqué pour Malmoë, que j’ai vu des lacs grands comme ta Bretagne entière, et des sapins vieux comme Arsène Houssaye ; – que j’ai peint entouré de quarante albinos épatés, des vues de lieux que l’on ne voit qu’en rêve, & que me
[1v° : 2]
voilà t’écrivant comme une personne naturelle une lettre au « Groot gasthaus » de Stokholm, & que demain j’ai une audience du Roÿ & que j’ai une cravate blanche dans ma malle à cet usage, & que les Suédoises ressemblent toutes à Christina Nillson & que je pars dans huit jours pour des pays encore plus fous & que je rapporte des études à faire crever Manet & que tout cela arrive par hasard. !
Impossible de te dire plus ! !
Embrasse ta femme pour moi & de tout cœur.
On a beau dire Cher Vieux, quand on est tout seul dans un grand diable de steamer qui tangue par un fort vent de S.S.O. en pleine mer du Nord on pense à ceux qu’on aime & on s’aperçoit qu’on n’est pas une bête & que le continent bleu qui file là bàs emporte avec lui bien des choses & des gens qu’on voudrait bien embrasser comme je t’embrasse vieux crétin.
À toi
Fély
Écris moi poste restante à Stokholm (Suède.)
Merveilleux Stokholm ! Une Stamboul du Nord, une ville presque russe & immense ! ! – Je te rapporte cela, c’est superbe. .