La province de Namur, au coeur de votre quotidien

N° d'édition 1087
1086 | 1088

  • Expéditeur
    Félicien Rops
  • Destinataire
    Octave [Uzanne]
  • Lieu de rédaction
    s.l.
  • Date
    [1883/01]/00 [+]
    Rops règle avec Uzanne les conditions financières avant d'entamer l'illustrations de son livre "Son Altesse la Femme". En outre, le graveur mentionne également "L’Ombrelle", un ouvrage d’Uzanne sortit des presses en novembre 1882.


Texte

[1r° : 1]
Mon Cher Octave
Ne t’inquiète pas cela n’avait rien de bien important : je te disais que j’étais désolé de mon art art précis, chercheur, fouilleur & mécontent de lui, que ma lenteur d’exécution finirait par m’empêcher « Le Livre » que j’adore illustrer. Je te disais aussi je crois que cette lenteur d’exécution m’ôtait la possibilité de faire des dessins en couleur aussi finis que cela, et que je ne pouvais les faire qu’au prix de 500 frs. Calcule : je ne demande qu’à gagner 20 frs par jour, journée d’un bon mécanicien ou d’un bon praticien sculpteur. Cela n’est pas exigeant, je me moque de l’argent & cela nous répugne à tous les deux d’en parler, – ceci est Simple note pour éditeur. – Je reste 20 jours, en travaillant douze heures par jour s, pour faire un bon dessin comme le nécromancien, que somme toute, trois ou quatre artistes pourraient faire à Paris comme compréhension & exécution, pas plus.
– J’ai une centaine de francs de frais, temps perdu en recherches, modèles etc, il me reste 20 frs par jour en le vendant 500 frs. Je n’en demande pas plus actuellement, c’est la vie, & je m’en contente, mais il me les faut !! – Un dessin comme le bout du sillon peut être fait à 400 francs, mais un frontispice comme notre amour triomphant par exemple me demandera
[1v° : 2]
18 ou 20 jours pleins12 heures de travail par jour. Leloir demande un mois pour deux bonshommes à l’aquarelle & il travaille deux six heures par jour en moyenne. Et quel prix ! Quentin te conseillait de t’adresser aux aquarellistes mais aucun des réputés ne lui fera deux bonshommes moins de quinze cents à 2000 fs ! – les secondaires lui demanderont 1000 frs. En me portant à 500 et en faisant les choses que je fais, comme invention & comme composition, je crois que je suis raisonnable & grandement.
– Si je ne trouve pas d’éditeur pour me payer honnêtement, je vais me mettre dans les mains d’un marchand de tableaux, à 1000 frs par mois pour quatre ou cinq ans, Brame me le fait proposer par Clapisson, je ferai ce que je voudrai & je gagnerai les 1500 francs dont j’ai besoin par mois . L’un dans l’autre je peux faire deux & trois dessins par mois. Les uns me tiendront dix jours, les autres vingt. Mettons 40 dessins en un an Cela peut se faire. à 450 frs l’un dans l’autre cela me fait une dix huitaine de mille frs, prix d’un travail féroce. Il faut que je gagne cela, la chose n’est pas énorme : de 18 à 20,000 frs par an.
Tu vois de quelle cuisine je t’accable & je m’accable, mais je veux voir clair devant moi & éviter tout ennui d’argent.
Je voudrais faire des livres en collaborant avec toi & je ne trouverai pas un esprit & des sentiments qui s’aillient à ma nature comme les tiens. – Examine donc cela pour les livres que nous allons entamer & partons de cette donnée : J’ai besoin de 450 à 500 frs par dessin, je peux en faire étant entrainé trois par mois. Tâchons
[1v° : 3]
de garder nos planches. Il nous faudrait donc un bailleur de fonds (que tu trouveras facilement) [illisible: barré] pour nous donner la vie courante, en payant les dessins au fur & à mesure de leur livraison.
Réfléchis, pèse tout cela, en attendant, fais remarquer à Quentin que si je lui demande 500 frs, je lui donne du travail pour son argent.
À toi Cher Vieux Copain, je ne te disais pas tout cela dans ma lettre, heureusement, mais tout cela en est le complément – c’est embêtant & il est spirituel à nous de régler les choses embêtantes, pour voir clair devant nous & faire de belles choses. – Car tu dois en faire !! Tu sais que nous ne nous cachons rien : L’Ombrelle t’a fait un tort énorme ! ; et il ne faut pas que l’on t’assimile à Paul Avril, ce que l’on fait !! Tu as assez d’ennemis pour cela. Ton œuvre vivante & digne de ton esprit est à faire. Tu sais comme à Paris on étiquette vite un homme. On peut faire des chefs d’œuvre après, & inutilement, l’étiquette de Nessus reste !. – Tu as trop en toi pour ne pas donner beaucoup.
À toi
Fely
À Lundi, − toute la journée je serai chez moi – tâche de me montrer quelque chose de la dame au Pantin. Cela m’intéresse fort tu comprends.