La province de Namur, au coeur de votre quotidien

N° d'édition 0039
0038 | 0040

  • Expéditeur
    Félicien Rops
  • Destinataire
    [Henri] Liesse
  • Lieu de rédaction
    s.l.
  • Date
    [1878]/00/00 [+]
    Datation sur base de l'apostille.


Texte

[1r° : 1]
Mon Cher Liesse
Je n’ai aucune raison pour te cacher que je serais très heureux si tu voulais bien m’écrire quelques lignes :
1° Pour savoir si tu as reçu l’argent.
2° Pour avoir de toi quelques nouvelles il y a des temps infinis que tu réornes Bruxelles de ta présence & il me serait infiniment agréable de savoir ce que tu fais. Il me semble que tu me négliges, & tu m’affliges comme le grenadier de la chanson. –
Ci-joint « l’état financier » que tu m’avais envoyé l’an dernier – ajoutes-y ce que je viens de t’envoyer – & ce que je t’ai envoyé en Italie & retournes moi le papier – nous réglerons tout cela, – les bons contes faisant les bons amis nous serons libres de causer alors à [illisible: barré] notre aise.
– Comptes tu publier quelquechose ? Je t’y engage fortement. il est temps que tu produises. Écris donc ne fut ce que pour m’accuser réception
[1v° : 2]
de l’envoi.
J’ai beaucoup beaucoup de choses à te raconter Ce sera pour de prochaines lettres, ou « de vive Voix » en avril ou fin mai.
Je te serre bien la main
Ton vieux copain
Fély
Nys m’a prié de lui faire une eau-forte de frontispice pour son livre eaux fortes & sonnets qu’il va publier – Collaborons nous ? ? ?
Je vais Samedi à l’Opéra – au bal – avec une belle jeune fille que tu connais & qui est blonde comme une aurore. Strauss nous jouera le Danube Bleu & je danserai je crois, une des valses de ma vie dont je me souviendrai. – Je suis amoureux & toi ?