La province de Namur, au coeur de votre quotidien

N° d'édition 1901
1900 | 1902

  • Expéditeur
    Félicien Rops
  • Destinataire
    Théo [Hannon]
  • Lieu de rédaction
    [Paris]
  • Date
    [1877/04/18] [+]
    Datation sur base de l'apostille et du cachet postal d'envoi.


Texte

[1r° : 1]
Mon Cher Théo,
J’ai dix minutes à dépenser, & devant moi un morceau de papier blond comme la nuque de la Chère aimée ; – J’ai un tas de choses à te demander allons y : D’abord, ou tout d’abord plutôt comme dirait un normalien, (nous, nous sommes élèves des écoles anormales !) dis moi si la Société « Internationale » des Aquafortistes existe toujours, ou si tombée à l’eau, non forte elle est devenue la Société des Forts aquatiques ????? mes compliments sur la marche de ton journal. Tu y as fait de fort jolies choses & tu fais de grands progrès en élégance de rhythme. J’ai lu en bonne chambrée de poètes & de belles dames le Sonnet de « l’Assommoir » & il a été trouvé d’une bonne couleur. Un Ton Ex-voto très bien, seulement partout, au lieu de la boutade : huit jours je mettrais toujours ! – Pourquoi ? parceque ce sonnet à une grande allure que lui retire le « huit jours » et qui le rapetisse ; c’est l’opinion d’un fort poète de mes amis qui était hier dans mon atelier & qui le lisait.
Trop, un peu trop d’analyse Wagnérien dans le journal. Faut du Wagner, mais trop n’en faut on finira à force « d’explications »
[1v° : 2]
on finira par nous faire revenir à :
Marie trempe ton pain
(bis !)
(Ter !!)
Dans le vin !!!
à force de Walkubruneldervoganisation ! Je suis Wagnérien, je suis prêt à retourner à Beyreuth & j’y prendrai un plaisir extrême, mais pas d’explications ! Ce bon Richter le chef d’orchestre de Wagner qui est de mes amis, a essayé six fois de m’expliquer la pensée du Rheingold & il finissait par me dire « c’est imbossip à ragonter ! À propos connais-tu Huysmans de la République des lettres ? personnellement ? Il a du talent. – Je voudrais avoir son adresse. Quel est le Nemo qui fait la correspondance de Paris ?
Je proteste contre le ton groseille-pantalon de guide-exsangue dont tu décores mon affreuse vignette en tête de l’Artiste. Je prefère le vermillon pur. Je m’étonne que Mlle Callewaert laisse faire cela par son imprimeur. – N’oublie pas cet axiome : en typographie on n’imprime qu’en deux couleurs propres : En noir & en rouge simple.
Peux-tu m’envoyer aussi l’adresse du bon Hector de Backer ?
Quant tu verras Delecourt dis lui que nous avons longuement parlé de lui avec une Américaine fort aimable, madame Fix avec laquelle j’ai dansé « le Boston
[1v° : 3]
une valse de Yankee très curieuse.
Je travaille beaucoup & je fais des dessins très coloriés avec des crayons de couleur qui je crois ouvrent de nouvelles voies au dessinateur, tu verras cela.
Je viens de retrouver ici une lettre de Camille Lemonnier qui a été placée par mon domestique sur un petit bureau avec tablettes, glissant dans des rainures, & en faisant rentrer les tablettes dans les rainures la lettre a disparu, je viens seulement de la retrouver. Si tu le vois fais lui cette petite transmission & dis lui que je lui répondrai demain ou après demain, parce qu’aujourdhui je file pour Fontainebleau « aux délycieux déserts de Fontaine-belle-eau » commes les nommait Henri IV.
En âte, comme les couturières finissent leurs lettres & écris ! – Mes amitiés à ta famille.
Tu as reçu le dessin de ton en-tête laissée chez Yves & Barret ? Tu as du voir que ce sont de simples cochons & que tu devais leur flanquer leur gravure au nez. Mes dix minutes sont passées !!
À toi
Fély
Belgique
Monsieur
Théodore Hannon
18. Rue Sans Souci
Ixelles
–Bruxelles