La province de Namur, au coeur de votre quotidien

N° d'édition 2310
2309 | 2311

  • Expéditeur
    Félicien Rops
  • Destinataire
    [Edmond] Picard
  • Lieu de rédaction
    Paris
  • Date
    1887/02/11


Texte

[1r° : 1]
Mon Cher Picard
J’ai été plus que contrarié, de voir en lisant le catalogue des XX, que deux dessins avaient été exposés sous mon nom, sans que l’on ne m’en ait demandé l’autorisation, ni tout simplement, que l’on ne m’ait « notifié » cet envoi, ce qui m’eut paru, & me parait rudimentaire.
Je m’en suis plaint à Maus qui m’assure que vous avez voulu m’honorer en ce faisant. Je vous remercie des motifs qui vous ont guidé Mon Cher Picard, mais je n’expose pas dans les expositions ordinaires pour ne pas recevoir de « mention honorable », jugez alors !
Je trouve ces deux dessins médiocres, pour ne pas dire : mauvais ; je les ai vendus comme tels, & je suis seul juge, en ces matières ; vous êtes trop bon jurisconsulte pour ne pas me reconnaître ce droit.
Je vous prierai donc Mon Cher Ami, de vouloir bien, amiablement, me
[1v° : 2]
faire le très grand & très réel plaisir de faire retirer de l’Exposition des XX, les deux dessins qui y sont exposés sans mon consentement. Je ne vous en remercie pas moins comme je vous l’ai dit tout à l’heure de vos excellentes intentions, & cela en toute sincérité ; mais l’orgueil que m’inspire, l’Art que je voudrais faire, m’empêche de mettre en lumière celui que j’ai fait ; & de cet orgueil il n’y a pas à me reprendre, puisqu’il ne tient sa source d’aucun intérêt.
Acceptez Mon Cher Picard & sans rancune une vieille poignée de main
Félicien Rops
Notez que je ne trouve pas meilleur le dessin aquarelle du docteur – quoi qu’il y ait là une « recherche » – oh ! rien de plus ! de l’expression juste. J’ai seulement rempli mon devoir de Vingtiste en l’envoyant, & cela suffisait. Si je fais mieux, j’enverrai plus d’œuvres aux futures Expositions.